Yerba et maté, un rituel sacré

Si je vous demande de citer les infusions caféinées accompagnant souvent le petit déjeuner, vous penserez sûrement au café ou au thé. Il en existe pourtant une troisième, bien plus utilisée dans une grande partie de l’Amérique du Sud et consommée jusqu’au Liban ou en Syrie : le maté !
Le maté est une infusion de yerba maté, ou Ilex paraguariensis de son nom scientifique. C’est une plante de la famille du houx, qui se cultive dans la partie orientale du Paraguay et au nord-est de l’Argentine. Elle pousse en effet seulement sous ces climats subtropicaux et sur cette terre colorée, très fertile et riche en minéraux.
Utilisée depuis des siècles, la yerba était déjà connue des peuples natifs qui la consommaient et l’utilisaient jusque dans leurs rituels religieux. Elle a commencé à être cultivée dans les missions jésuites, puis plus intensément commercialisée et bue de nos jours.

Le maté se présente communément sous la forme d’un récipient rond, fait à partir d’une courge. Parfois fabriqué avec une corne d’animal, il se nomme alors guampa. Ce récipient est rempli aux trois quarts de yerba maté, auquel vient s’ajouter une sorte de paille filtrante, la bombilla.
En Uruguay, il est fréquent de voir quelqu’un boire un maté tout seul dans la rue, comme s’il buvait de l’eau. Mais en général, c’est plutôt une activité de groupe, un moment fort de partage, de convivialité. En effet, tous les participants utilisent un unique maté et y boivent tous avec la même bombilla.

Le déroulement de la « cérémonie » est toujours le même. Une personne est désignée pour en être responsable, et doit préparer le maté ainsi qu’un thermos d’eau à 80°C. Traditionnellement, le plus jeune du groupe s’en charge. C’est lui qui boit le premier maté, le plus amer. Il doit ensuite servir tous les participants à tour de rôle. Chaque maté permet au participant de boire de 2 à 3 gorgées avant de le rendre au serveur. Il le reremplit, puis le passe au suivant. La ronde se poursuit ainsi, presque indéfiniment. Mais il ne faut oublier personne, car sauter le tour de quelqu’un pourrait être considéré comme une offense ! Lorsque le maté est rendu à la personne en charge de servir, s’il est dit « gracias », c’est à dire merci, cela signifie que la personne qui buvait ne souhaite plus être resservie lors des prochaines rondes. Tout un rituel !!!

La yerba maté appartient au quotidien de 90% des argentins. Depuis 2015, les sénateurs et députés y ont même instauré la journée nationale du maté, tous les 30 novembre. Ils la consomment parfois sucrée, alors que les uruguayens la préfèrent toujours amère. Elle est également populaire dans le sud du Brésil, fraîche et finement moulue, très verte, sous le nom de chimarrão. Au Paraguay, où il fait plus chaud, elle est utilisée toute la journée mais surtout avec de l’eau glacée. Elle est alors connue sous le nom de tereré, généralement servie avec des plantes médicinales, qui infusent dans le thermos ou directement dans le maté.

Je vous emmène aujourd’hui suivre en images le cycle de vie d’une petite feuille de yerba maté. Des champs où elle menait une enfance paisible, jusqu’à une bouche assoiffée de maté !

Paraguay paso yobai Ouvriers pesage yerba maté
Tout d’abord, les feuilles sont cueillies manuellement sur l’arbuste de yerba maté (en arrière-plan) et mises dans de grands sacs. Ceux-ci doivent peser entre 130 et 150 kg pour pouvoir être portés et chargés sur un camion.
paraguay paso yobai ouvriers guaranis attente dans camion yerba maté
Du côté de Paso Yobai, au Paraguay, deux travailleurs guaranis à bord du camion.
Paraguay paso yobai attente camion moulin yerba maté
Le conducteur et propriétaire des plantations, devant un moulin de yerba maté. Il attend son ouverture pour pouvoir y vendre sa cargaison.
Argentine Jardin America Entrepot Yerba Maté Pelleteuse
A l’intérieur du moulin, une fois le camion déchargé, toutes les feuilles sont accueilles et rassemblées dans de grands entrepôts par des pelleteuses.
paraguay paso yobai moulin sechage yerba maté
Première étape, le séchage. Les feuilles sont soumises à la chaleur et même au feu direct. Ce processus arrête leur oxydation et assure ensuite leur bonne conservation.
Argentine jardin américa sacs stationnement yerba maté
Une fois la yerba maté séchée, elle est grossièrement moulue, puis passe à l’étape de l’estacionamiento : le « stationnement ». Tout comme le vin est vieilli en fût ou le fromage affiné en cave, la yerba reste entre 9 et 24 mois dans ces entrepôts. Elle continue à sécher, change de couleur, et surtout y développe tout son arôme !
Paraguay Selecta machine emballage paquet yerba maté
La recette de chaque paquet est unique selon les marques et les gammes, avec des mélanges d’herbes plus ou moins finement moulues. C’est aussi ce qui fait changer les saveurs et l’amertume, quand la yerba est vendue pure. Il existe aussi les compuestas, c’est à dire des mélanges entre yerba maté et autres plantes aromatiques, pour proposer des goûts plus variés.
Paraguay Colon ouvrier fait cartons yerba maté
Les paquets sont ensuite mis en cartons et envoyés à tous les pays consommateurs. Un habitant d’Uruguay en achète ainsi en moyenne 9 kg par an !
Argentine Buenos Aires matés feria san telmo
Un stand de la feria de San Telmo, à Buenos Aires. Il est possible d’acheter de nombreuses bombillas et matés artisanaux.
Argentine Tucuman portrait Gia Maté
Pour finir, portrait de Gia en plein exercice, à proximité de Tucumán, Argentine. Son maté est d’un style différent, très artisanal et naturel, taillé en bois. La bombilla est faite d’un matériel similaire au bambou et percé de petits trous à sa base.

Partagez sur les réseaux sociaux :

4 Comments

  1. Luis Chamorro

    Muy buen árticulo sobre la Yerba Mate, Ilex Paraguariensis.
    Que bueno compartas y vean personas de otros lugares esta producción tan consumida en Sudamérica y que va conquistando nuevos lugares en el Mundo.

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.