La Laguna Brava et ses couleurs

Dans le nord de l’Argentine, du côté de la province de la Rioja, se trouvent deux parcs naturels célèbres, car classés au patrimoine mondial de l’UNESCO : Talampaya et Ischigualasto (ou valle de la luna). Pourtant, il en existe un autre, moins connu, qui vaut vraiment le détour : la réserve provinciale Laguna Brava. Après avoir effectué un sondage auprès d’un échantillon représentatif de quatre personnes qui m’ont prises en auto-stop, toutes ont préféré ce dernier parc.
Ce site d’exception, en terres arides, présente différents paysages dont la faune et la flore varient suivant l’altitude. Les contrastes qu’il offre sont fabuleux, un rêve pour tout photographe, avec une palette de couleurs magnifiques. Ces dernières sont souvent dues aux oxydes de minéraux, avec de l’ocre et du rouge pour le fer, du vert ou du bleu pour le cuivre, du jaune ou du marron pour le souffre et même du blanc dans les zones de salines.

Au total, ce sont plus de 120 kilomètres d’émerveillement et de variété pour aller du village le plus proche, Vinchina, jusqu’à l’intérêt principal du parc, la Laguna Brava. Cet isolement géographique et l’obligation affichée de passer par une agence touristique (excursion ou guide) m’ont fait un peu douter au début…. Mais finalement, et avec un peu de chance, j’ai pu m’y rendre en auto-stop. Se sont arrêtés des touristes argentins que j’avais déjà rencontrés trois jours plus tôt. Avec à bord de leur voiture, un guide qu’ils avaient contracté.
Attention tout de même, tout n’est pas si simple. Comme son nom l’indique, la Laguna Brava est une « lagune brave ». Située dans la cordillère des Andes, à plus de 4 000 mètres d’altitude, elle est balayée par des vents violents et il y fait très froid ! De plus, la différence d’altitude totale entre Vinchina et la lagune est de plus de 2 800 mètres. Cela est généralement beaucoup pour être effectué en une seule journée. Additionné à la fatigue du voyage ou de l’heure du lever, la majorité des touristes qui m’accompagnaient se sont sentis mal (nausées, maux de tête, etc.). Mais aucun n’aura regretté d’avoir participé à l’excursion !

Argentine Rioja Quebrada de la Troya
La première moitié du chemin se fait dans la Quebrada de la Troya. Un paysage qui n’est pas sans rappeler la Quebrada de las flechas.
Argentine Rioja Pyramide Quebrada de la Troya
Un rocher tel une pyramide, relief surréaliste en strates. Il est créé par d’intenses déformations dues à la tectonique des plaques qui forment la cordillère, et par l’érosion naturelle.
Argentine Rioja Laguna Brava Montagne Marrons et Noirs
Premières couleurs fantastiques depuis la voiture, nuances de marrons et de noirs.
Argentine Rioja Laguna Brava Montagne Rouge
Plus loin, les roches sont rouges. Un grand contraste avec le jaune et le vert de la végétation, le bleu intense du ciel et le blanc du sel.
Argentine Rioja Laguna Brava Paysage Peinture
Au loin, les montagnes rouges, aux teintes pastel, s’apparentent à une peinture.
Argentine Rioja Laguna Brava Vallée
L’ascension continue. Au fond de la vallée, apparaissent deux petits points. Ce sont les voitures d’une excursion suivante.
Argentine Rioja Laguna Brava Contraste Neige Terre Rouge
Avec l’altitude, le froid arrive et la neige aussi ! Un très beau mélange avec la couleur rouge de la terre.
Argentine Rioja Laguna Brava
La fameuse Laguna Brava, à plus de 4 200 mètres d’altitude !
Argentine Rioja Animaux Laguna Brava
Au milieu de sels et minéraux étranges, mélangés à la neige, quelques animaux profitent de la lagune. Il s’agit de vigognes et de flamands roses (en arrière-plan).

Partagez sur les réseaux sociaux :

Découvrez aussi...

4 Comments

  1. Melanie

    Bonjour,

    Savez-vous s’il est possible de se rendre au parc avec sa propre voiture et en autonomie?
    1 journée est-elle suffisante en partant de la Rioja ou de Villa Union( ou d’ailleurs) .Merci pour votre article. Nous trouvons quasiment aucune information sur ce parc.

    1. Bonjour Mélanie,

      C’est vrai qu’il n’existe que peu d’informations. Je n’y avais pas pensé dans un premier temps, mais je crois que je rajouterais prochainement un encart « info pratique » sur chacun de mes articles ! 😉

      Effectivement, avec une bonne voiture, il est possible d’aller à la Laguna Brava en autonomie. La piste est assez claire pour y arriver (puisqu’il s’agit également d’une route vers le Chili), mais plus floue si vous souhaitez tourner autour de la laguna. L’inscription sur les listes de gendarmerie est obligatoire au village de San José de Vinchina (ils vérifient ainsi que tout le monde revient bien). Sinon, dans ce même village, il est possible de passer par une coopérative de guides. Ce n’est pas très cher, surtout pour un groupe de voitures (puisqu’ils ne fournissent que le guide), mais ça peu valoir le coup pour être sûr de l’itinéraire et avoir quelques explications en chemin.

      Comme ce sont de petites routes, la Rioja fait vraiment loin (et n’est pas très jolie). Effectivement Villa Union est le pôle touristique principal, car également à proximité de Talampaya et du Valle de la Luna. De Villa Union à la Laguna Brava, il faut compter une grosse journée, partir de bonne heure. Sinon, le dernier village à offrir des services touristiques est San José de Vinchina, plus proche pour accéder à la lagune et là où commencent vraiment les paysages surréalistes (quebrada de la troya) ! 🙂

      Pour plus d’informations, je te recommande aussi le site d’Etienne, qui est une vraie encyclopédie sur l’Argentine :
      http://www.queseio.fr/fiche.php?code=laguna_brava

      Bonne visite, profitez bien !!! 😀

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.